Docteur Jean Claude JOSEPH

Médecin de l’EMS BRON XV

 

RECOMMANDATIONS AUX SPORTIFS COMPETITEURS

SUR L’USAGE DES MEDICAMENTS ET DES COMPLEMENTS NUTRITIONNELS

1- Avertissez tout médecin, dentiste ou pharmacien consulté de votre état de sportif compétiteur et donc des restrictions médicamenteuses qui vous incombent.

2- Ne consommez aucun médicament même anodin sans avoir consulté la liste des produits interdits ou votre pharmacien ou un médecin du sport. Il est même fortement conseillé de vérifier sur la liste que les produits qui vous ont été prescrits ne contiennent pas de molécule(s) interdite(s). Ayez une liste facilement accessible, sinon reportez vous à http://www.santesport.gouv.fr et http://www.dopage.com et http://www.afld.fr En effet, beaucoup de médecins et la plupart des pharmaciens ne connaissent pas la liste des produits dopants et des procédures de prescription de ces produits.

3- Rappelez-vous que la liste française des spécialités pharmaceutiques est indicative et se limite aux spécialités pharmaceutiques françaises contenant des substances dopantes. Si vous êtes à l’étranger et que vous achetez un médicament, vérifiez non pas dans la colonne de gauche de la liste « spécialités : « noms déposés » mais regardez la colonne de droite nommée : « principes actifs » qui correspond à la dénomination commune internationale valable quel que soit le pays (attention : pas dans l’ordre alphabétique).

4- Evitez de consommer des médicaments contenant de la codéine ou de la pseudo éphédrine. Ces molécules ne sont pas interdites mais elles sont métabolisées dans le corps humain respectivement en morphine et en éphédrine qui sont elles interdites. Ce métabolisme varie d’un individu à un autre et est donc difficilement prévisible, ce qui peut expliquer que pris à une posologie normale on ait un contrôle antidopage positif, c’est-à-dire au dessus du seuil admis.

5- Evitez l’utilisation de produits inconnus en particulier quand la composition exacte n’est pas mentionnée. La positivité peut résulter de la prise d’un produit supposé anodin (tisanes, préparations magistrales, produits diététiques, compléments nutritionnels, boissons énergétiques, etc.).

6- Soyez très vigilants avec les médicaments que vous ne connaissez pas, en particulier lors de vos déplacements à l’étranger, les médicaments de la pharmacie familiale …

7- N’acceptez jamais de prendre des produits non conditionnés ou sans nom apparent, quelle que soit la personne qui vous le propose.

8- Méfiez-vous : un médicament autorisé sous une forme peut très bien être interdit sous une autre forme (par exemple : les corticoïdes pour lesquels les voies systémiques (comprimés, piqûres, suppositoires) sont incompatibles avec la pratique du sport alors que les formes locales (sprays, infiltrations) admises sous réserve de la production d’une justification thérapeutique précise).

9- Ne consommez jamais de boissons énergétiques ou de compléments nutritionnels dont la composition précise ne soit indiquée sur l’emballage et sans avoir pris conseil auprès de votre médecin ou pharmacien. En effet, certains produits bien que n’étant pas légalement autorisés à la fabrication, la distribution et la commercialisation en France sont pourtant aisément disponibles et peuvent contenir des produits interdits, voire dangereux pour votre santé (par exemple : red bull qui contient de la taurine et de la glucuronolactone interdits à la vente en France mais toutefois non considérés comme produits dopants).

10- Eviter d’acheter des produits (médicaments vitamines, boissons énergétiques…) via Internet ou par correspondance. Acheter des produits élaborés par des laboratoires pharmaceutiques soumis à une réglementation de sécurité sanitaire comme cela est le cas en France avec l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS). Vérifier, par exemple sur le site d’écoute dopage (www.dopage.com), que les produits utilisés ne contiennent pas de substances interdites.

11- Sachez que le cannabis, ou plus précisément les cannabinoïdes (haschisch, marijuana…)/ est inscrit sur la liste. Le THC est la molécule recherchée lors d’un contrôle antidopage. Un taux supérieur à 15 nanogrammes/ml (y compris de façon passive) est considéré comme positif. Il faut savoir que 15 à 20 % du THC présent dans la cigarette sont absorbés et passent dans le sang en moins de 15 à 20 minutes. La baisse du taux de THC dans le sang n’est pas dû à une disparition de la molécule de l’organisme mais à une entrée dans tous les tissus gras, principalement le système nerveux et le cerveau. Ensuite, le THC est libéré très lentement de ce lieu de stockage dans le sang puis éliminé dans les urines. L’élimination urinaire est en moyenne de 3 jours (extrêmes de 1 à 10 jours) mais dépend de la saturation de l’organisme. Ainsi, sa détection dans les urines peut survenir à distance (plusieurs semaines) de l’usage du fait d’une élimination longue et peu maîtrisable, donc imprévisible.

12- Si vous êtes asthmatique, vous pouvez prendre sous certaines conditions (se reporter à la procédure des AUT) certains des médicaments prévus à cet effet (bêta-2 agonistes ou de corticostéroïdes). Attention, seulement 4 de ces substances sont autorisées.

En France, la simple possession d’une prescription médicale est insuffisante (cf. point 8 : il s’agit d’un dossier médical complet).

II faut envoyer les pièces justificatives et la demande d’AUT à l’AFLD ( Professeur V. LEBAR, 229 Bd. Saint-Germain, 75007 PARIS) et au médecin fédéral national, par lettre en A.R.

En cas de contrôle antidopage positif, la valeur des différentes pièces justificatives sera appréciée par la commission de discipline de première instance de la fédération.

13- Rappelez-vous enfin qu’en matière de dopage, la responsabilité pleine et entière du sportif vis-à-vis des médicaments et produits qu’il consomme, est posée. De ce fait, et de nombreux cas ont été médiatisés, vous ne pourrez pas mettre en avant un étiquetage erroné ou frauduleux pour vous disculper en cas de contrôle positif. Le sportif doit s’assurer que tout médicament; vitamine, complément alimentaire, préparation diététique en vente libre ou toute autre substance qu’il utilise ne contient aucun produit dopant.

Dr JC JOSEPH – Médecin du Comité du Rhône Commission Médicale EMS Bron XV